fr
contact
BACK TO THE LIST

ChangeNow 2020 : 3 jours, 5 tendances clés

4 février 2020

1. Un momentum : la mobilisation de la société civile accélère la transformation durable des entreprises

 

L’un des faits les plus marquants de ChangeNow fut l’implication particulière des millenials notamment dans les sujets autour du sens et de l’impact. Présents en nombre à l’événement, soucieux de l’avenir, en quête de sens et d’impact,  ils stimulent les entreprises afin qu’elles évoluent vers plus de durabilité. 

On assiste ainsi à l’essor de services et d’applications qui transforment en profondeur les modèles d’affaires des entreprises. On ne présente plus Yuka, l’application qui scanne et analyse les produits alimentaires qui connaît un succès fulgurant et qui oblige en fin d’année dernière Intermarché à re-classifier 900 de ses produits pour améliorer leur « nutriscore »  ou encore à Too good to go l’application qui lutte contre le gaspillage alimentaire.

Les usages changent et les entreprises sont désormais obligées d’intégrer dans leur mode de création de valeur une dimension responsable et durable. 

« Le fait est que les conditions sont réunies dans cet écosystème axé sur l’impact, mais il est vrai que la prise de conscience croissante des consommateurs, et en particulier de la jeune génération, est importante et aide les flux d’investissement » RIta Casimiro, Head of accelration, MAZE, et Sandrine RICARD, head of sustainability, Chivas House @Changenow2020

 

 

2. Business et durabilité : le nouveau couple gagnant

 

Le développement durable a longtemps été considéré comme une activité annexe, ou un champs propice à la bonne conscience et au “green washing” :  ce temps est révolu et la durabilité est devenu un enjeu stratégique qui est au coeur de la transformation du modèle d’affaire des entreprises. Et les dirigeants en ont désormais conscience. Nous avons pu observer lors de ChangeNow une volonté profonde de la part des entreprises de combiner objectifs de rentabilité et création de valeur durable. Cette nouvelle recherche de durabilité n’est pas contradictoire avec une recherche de profitabilité :

«  There is no contradiction between the sustainable approach and economics. For instance, recycling is good for both » Ramon Fernandez, Deputy Chief Executive Officer Finance, Performance and Europe, Orange, @rfernandez

«  Companies need to address the impact of their products and business model » Charmian Love, Co-Founder and Chair, B Lab UK 

 

 

3. Le changement démarre en interne pour les entreprises

 

  • Au delà des discours, des engagements forts 

Les entreprises commencent à prendre des engagements forts. En 2013, Michelin montrait la voie avec ses 6 engagements pour 2020 en terme de développement durable et aujourd’hui de nombreuses sociétés suivent cette voie.
Parmi quelques exemples emblématiques nous pouvons citer : 

> Microsoft qui s’engage à devenir neutre en carbone dès 2030 et à utiliser 100% d’énergies renouvelables puis créer un fonds d’1 milliard de dollars pour accompagner les entreprises qui s’attaquent au sujet du réchauffement climatique.

> Orange qui s’engage à devenir neutre en carbone dès 2040, à émettre 30% de CO2 en moins et à utiliser 50% d’énergies renouvelables d’ici 2025

> Jeux Olympiques de Paris 2024 : engagement d’avoir 100% d’énergies renouvelables pour l’événement

 

  • L’économie circulaire ou l’essor d’un nouveau modèle de production

Le système de production linéaire n’est plus aligné avec les valeurs globales portées par la recherche de durabilité. Il épuise les ressources, pollue et gaspille. 

Un nouveau mode de production plus responsable émerge. Une économie dite « circulaire »  qui permet à la fois d’éco-produire et diminuer les impacts environnementaux d’un produit dès sa phase de conception mais également d’allonger sa durée d’usage. 

Par exemple, nous avons pu noté lors de l’événement  : 

> Orange qui s’engage à faire du recyclage une de ses priorités : 30M de vieux téléphones recyclés d’ici 2025. 

> Terracycle qui fait de son activité principale le recyclage de produits dits non recyclables par essence

> Pandobac qui construit une solution dédiée au transport de nourriture propose aux services de livraisons notamment des bacs éco-responsables et réutilisables

Longtemps perçue comme un coût, l’approche circulaire permet de faire émerger un nouveau type de business model. En effet, même si la marge d’un produit recyclable est moins élevée qu’un produit classique, les gains réalisés sont considérables en terme de fidélisation et d’image de marque. Investir dans du recyclable permet donc de réduire les coûts marketing et les réallouer dans la production… Un business model centré sur la valeur pour le consommateur.

 

  • Repenser son rôle et son écosystème

A l’instar des initiatives open source bien connues du monde de la technologie, les entreprises commencent à réaliser l’importance de travailler ensemble, de casser les silos et barrières traditionnelles et de créer des écosystèmes nouveaux centrés sur la création de valeur partagée.

Par exemple nous avons pu observer Arianee, société présente à ChangeNow, qui a construit un protocole permettant aux marques du secteur du luxe de délivrer un certificat d’identité numérique à un produit. Un certificat par lequel l’acheteur aura l’assurance de détenir un produit original, et qu’il pourra transférer à un nouveau propriétaire en cas de revente. En plus de lutter contre les contrefaçons, ce dispositif permet de faire « circuler » le produit en toute sécurité dans l’écosystème et surtout en toute confiance.

Un autre exemple dans les services financiers est le gestionnaire d’actifs CPR Asset Management qui utilise la solution de notation de l’impact climatique des fonds d’actions “Climetrics” développée par l’organisation à but non lucratif britannique CDP. La notation Climetrics propose ainsi aux investisseurs d’orienter leurs placements vers les entreprises engagées dans la transition énergétique à faible émission de carbone.

 

 

4. Investisseurs cherchent projets à finalité durable

 

  • L’essor des investissements à impact  

L’investissement à impact ne représente aujourd’hui que 500 milliards de dollars par an soit moins d’1% des capitaux investis à travers le monde. On estime par ailleurs que 3 000 à 5 000 milliards de dollars annuels supplémentaires seraient nécessaires pour financer les objectifs de développement durable à 10 ans. Nous sommes donc encore loin du compte. 

Néanmoins, là encore, les choses sont en train de changer. A l’image de Blackrock qui, à travers son PDG Larry Fink, clamait la semaine dernière « Climate Crisis will reshape finance », les plus grands assets managers au monde ont exprimé leurs intention d’investir dans des projets à forts impact et ainsi contribuer au financement des 17 objectifs du développement durable des Nations Unies. 

Par ailleurs, plusieurs initiatives sont mises en place afin de créer de nouveaux véhicules d’investissements et des fonds dédiés au financement des sociétés à impact. Par exemple, Orange Digital Ventures (le fonds de private equity d’Orange) a annoncé lors de l’événement qu’il allait allouer une poche d’investissements pour les sujets responsables.

> Plus de 2/3 (68 %) des investisseurs planifient d’augmenter leur investissement durable

> 56 % des investisseurs estiment que le niveau de transparence des entreprises sur les risques liés au changement climatique est toujours « très insuffisant »

> La commission européenne annonce le pacte vert européen : 7,5 milliards d’euros pour amorcer le fonds de transition juste et viser les 100 milliards d’euros

> Microsoft annonce la création d’un fonds de plus d’un milliard de dollars pour résoudre le problème climatique

 

  • La nécessité de la mesure 

Une des tendances importantes apparue pendant ChangeNow est liée à la mesure de cet impact. Il faut pouvoir mesurer concrètement ces actions. Les fonds d’investissements devront par exemple transformer la façon dont ils investissent et les entreprises seront tenues également de mettre en avant dans leurs rapports annuels des mesures propres à l’impact comme l’optimisation des ressources afin de réduire le bilan carbone, le nombre d’emplois générés, l’engagement du personnel etc..

« Impact investing must not be considered as an asset class but as the way to invest » Aglaé Touchard-Le Drian – Raise @AglaeTouchardLD

 

 

5. La technologie : un accélérateur de la transformation…sous surveillance

 

  • La technologie peut devenir un puissant accélérateur de la transition écologique et énergétique

La technologie, à l’instar de l’intelligence artificielle consomme beaucoup d’énergie afin d’entraîner ses algorithmes. En effet, certains modèles de deep learning entraînés pendant 4 à 7 jours peuvent émettre autant de CO2 qu’un être humain pendant 57 ans, ou que 5 voitures pendant leur durée de vie.  

Néanmoins elle peut également s’avérer être un atout considérable pour la transition écologique, en favorisant les initiatives comme :

> la réduction du bilan carbone via l’optimisation des modes de transports 

> le recyclage de la chaleur produite par les centres de données (Green IT)

> la transition de l’agriculture traditionnelle vers une agriculture plus intelligente

Certaines sociétés comme Avanade France, investissent même dans des « green ops assets » qui ont pour objectif de recommander une architecture de données optimisée et de mesurer les impacts en terme de pollution et de consommation d’énergie. 

«  We need to measure the impact in terms of pollution and energy spent of an IT project in the future » Jonathan Petit, Data-Science Lead, Avanade France, @AvanadeFrance

 

  • La technologie à l’heure de la responsabilité : vers plus de responsabilité et d’inclusion

Aujourd’hui il existe des défis importants lorsqu’on parle d’intelligence artificielle :

> les algorithmes peuvent reproduire les discriminations / biais présents dans les données historiques ;

> si les données fournies ne sont pas de qualité, alors les informations basées sur ces données seront également de médiocre qualité

C’est dans ce contexte qu’émerge une tendance de fond autour de l’IA responsable qui incite à construire des algorithmes explicables, transparents et non biaisés.

Cette recherche de responsabilité s’accompagne d’une volonté de développer une technologie plus inclusive, méritocratique et plurielle. C’est le sens de l’initiative “Tremplin” propulsée par la French Tech qui consiste à promouvoir des populations jusqu’ici sous représentées dans la tech en mobilisant des moyens et des accélérateurs en matière de financement, de formation, de mentorat etc.  

«  We want to make sure that France becomes a tech champion for a positive impact on the country » Kat Borlongan, Director, La French Tech, @katborlongan

 

 

Conclusion : ce n’est que le début


« La crise écologique est une crise majeure qui conditionne tout le reste » Nicolas Hulot

ChangeNow fut un véritable succès. Cet évènement, regardé dans le monde entier, marque le début de la transformation profonde engagée par le système économique vers davantage de responsabilité et de durabilité. 

Le réchauffement climatique et la crise écologique furent au coeur de cette édition de ChangeNow 2020. 

Mais le réchauffement climatique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Les 17 piliers du développement durable proposés par l’ONU font cas de l’environnement mais pas uniquement : les enjeux sociaux (inclusion des minorités, accès à la santé pour tous, bien être au travail…) et sociétaux (diversité, égalité des genres etc.) sont également au coeur du nouveau cycle de croissance durable et raisonné qui s’ouvre.

Concocté avec amour par :
Eytan Messika

Articles concotés avec les mêmes ingredients

27 mai 2020

[REPLAY] Axionable x Explor’IA – Webinar – Responsible Machine Learning

Comment industrialiser de façon responsable le Machine Learning ? Comment développer des IA qui soient responsables “par construction” et qui répondent aux enjeux actuels de gouvernance, d’inclusion, de transparence, d’explicabilité, de robustesse et de privacy, et dont les entrainement sont optimisés pour être les moins consommateurs possible ? Cette session est animée par notre Directeur […]

Marie Geoffroy-Lombard
27 avril 2020

AI to adress climate change

Comment l’IA peut-elle aider à relever certains des défis liés à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation à celui-ci ? Une question plus que d’actualité dans le contexte de crise que nous connaissons aujourd’hui et aux enjeux du « monde de demain » qui nous attendent. Notre directeur scientifique Alexis Hannart parlait de l’IA pour faire […]

Marie Geoffroy-Lombard
10 juin 2019

Movin’On 2019 : 3 jours au Davos de la mobilité durable à Montréal au Québec

Axionable était présent au Movin’on summit 2019, le Davos de la mobilité durable qui a eu lieu du 4 au 6 juin à Montréal. La Mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fièrement lancé le Sommet Movin’On en compagnie de Florent Menegaux, le président de Michelin en encourageant notamment la collaboration afin de passer de l’ambition […]

Abde Essaidi
5 avril 2019

AWS Summit 2019, ce que nous avons retenu du point de vue d’un ML Engineer

L’AWS Summit Paris 2019 vient de s’achever au Palais de Congrès de Paris. Ce fut l’occasion pour José SANCHEZ, Manager Data Science, de découvrir les nouvelles tendances et les retours d’expériences clients autour de l’IA et de l’industrialisation.

José Sanchez

Prêts pour l’IA à finalité durable ?

Prenons rendez-vous pour échanger sur notre approche
unique, solutions et opportunités de carrière
Contactez-nous
Paris
13 rue des Arquebusiers
75003 Paris
Montréal
1275 Avenue Des Canadiens-De-Montréal, Montréal, QC, H3B 0G4
contact Contact