fr en
contact
BACK TO THE LIST

[TRIBUNE] Renforcer l’évaluation des émissions de Gaz à Effet de Serre : l’impératif d’une démarche scientifique et technologiquement outillée pour relever les défis climatiques

21 juillet 2023

Les gaz à effet de serre, essentiels à la vie sur Terre, se présentent également comme notre plus grand défi. Les émissions de gaz à effet de serre (GES), principalement le dioxyde de carbone (CO2), ont atteint des niveaux sans précédent, entraînant un réchauffement climatique rapide et des conséquences dévastatrices pour notre planète. D’après l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) provenant de l’énergie ont atteint un niveau record de 36,8 milliards de tonnes en 2022. Cela représente une augmentation d’environ 1 % par rapport à 2021 et dépasse de plus de 50 % les niveaux préindustriels. Le rapport récent du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), publié en mars 2023, prévoit que le réchauffement climatique mondial atteindra une hausse de 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle dès le début des années 2030, indépendamment des mesures prises pour réduire immédiatement les émissions mondiales de CO2.

Le caractère anthropique du réchauffement climatique est désormais acté par la communauté scientifique mondiale, conséquence de tendances non soutenables : énergie, terres, consommation, production, styles de vie. La communauté scientifique a estimé en mai 2022 que six des neuf limites planétaires avaient été atteintes.

La première étape cruciale consiste alors à comprendre l’impact de nos activités sur les émissions de GES. Que ce soit à l’échelle individuelle, communautaire ou industrielle, nous devons évaluer et quantifier nos émissions. Cela implique de collecter des données précises et exhaustives sur nos habitudes de consommation, nos méthodes de production et nos choix énergétiques.

Dans le contexte de l’évaluation des émissions de GES pour une entreprise, il est tout aussi essentiel d’adopter une approche globale et exhaustive en collectant l’ensemble des données d’activité tout au long de la chaîne de valeur, de l’amont à l’aval. Ces données d’activité, telles que la consommation en kWh, le tonnage transporté, les dépenses en milliers d’euros, etc., sont ensuite multipliées par des coefficients appelés facteurs d’émissions. Les facteurs d’émissions sont clés pour convertir les données d’activité en émissions de GES et sont calculés à l’aide d’études techniques, généralement basées sur des analyses du cycle de vie, qui permettent d’évaluer l’impact environnemental d’une activité ou d’un produit et d’obtenir la quantité de GES émise.
Ainsi, deux approches sont-elles possibles pour réaliser l’évaluation des émissions de GES d’une organisation :
– L’approche par les flux monétaires : les données d’activité sont des données financières (en euros, dollars, livres, etc.), qu’on convertit en émissions de GES (t CO2eq) à l’aide de facteurs d’émission appelés ratios monétaires (exprimés par exemple en kg CO2eq/€).
– L’approche par les flux physiques : les données d’activité sont des données physiques ou « réelle » (kilomètres, kilowattheures, kilogrammes, etc.), qu’on convertit en émissions de GES (t CO2eq) à l’aide de facteurs d’émission physiques (exprimés en kg CO2eq/unité physique), que ce soit des facteurs d’émission secondaires (moyennes d’industrie) ou primaires (provenant directement du fournisseur pour un produit donné).

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises se fient principalement à des ratios monétaires pour évaluer leurs émissions de GES. Malheureusement, cette approche, bien qu’elle soit rapide, présente des limitations importantes. Elle ne permet pas d’identifier des actions de réduction pertinentes, en particulier sur les postes les plus significatifs tels que les émissions indirectes (scope 3). De plus, l’approche monétaire est sensible aux variations indépendantes des activités de l’entreprise, comme la fluctuation des prix et l’inflation, et manque de précision en raison de facteurs d’émission peu détaillés et sujets à de nombreuses incertitudes. Par exemple, la Base Empreinte de l’ADEME présente une forte incertitude de près de 80% pour la plupart des ratios monétaires, avertissant donc l’utilisateur de la faible fiabilité de la valeur affichée.

L’approche physique reste la meilleure méthode pour disposer d’une évaluation carbone précise et fiable, et mener une stratégie de décarbonation réaliste et surtout efficace. Cependant, la collecte de données physiques, notamment auprès des fournisseurs, peut s’avérer complexe. Elle ajoute une charge considérable en termes de temps et de coûts à l’évaluation des émissions de GES. Dans ce contexte, les entreprises doivent hiérarchiser la collecte des données et choisir la méthode de calcul la plus adaptée pour atteindre leurs objectifs.

Heureusement, de nouvelles solutions technologiques émergent sur le marché et peuvent aider les organisations dans l’exercice de la comptabilité carbone, de la collecte des données et leur fiabilisation, jusqu’à l’évaluation de l’empreinte carbone, Ces solutions peuvent ingérer des données ou se connecter directement aux systèmes d’information des entreprises qui traitent les données physiques, tels que les logiciels d’achats, de gestion de la chaîne d’approvisionnement, les services informatiques, la gestion de la mobilité des employés, etc. De plus, elles peuvent également automatiser l’envoi de questionnaires aux nombreux contributeurs de données internes et externes à l’entreprise, simplifiant ainsi la réalisation du bilan GES.

Afin d’approfondir cette méthode d’évaluation carbone et sa pertinence et d’en illustrer la pertinence par des exemples concrets, contactez avec Imène Boumghar, Sustainability Director et Lead de la Practice Carbone chez Axionable.
-> Axionable accompagne des institutions financières, des acteurs industriels et des collectivités dans la mesure et la réduction de leur empreinte carbone

Concocté avec amour par :
Imène Boumghar

Articles concoctés avec les mêmes ingredients

22 février 2024

[Livre Blanc] Le Guide Ultime de la Réglementation sur la Déclaration Des Risques liés au Climat

CSRD, taxonomie européenne, votre entreprise est-elle prête pour le changement climatique ?   Où, quand et pourquoi votre entreprise doit se conformer à la réglementation… par quoi et comment commencer ?   Découvrez Le Guide Ultime de la Réglementation sur la Déclaration Des Risques liés au Climat par Jupiter Intelligence et Axionable • Démêler un […]

Paul LAVILLE
15 février 2024

Axionable et Sweep unissent leurs expertises technologiques et ESG pour accélérer les stratégies climatiques des entreprises.

Axionable et Sweep unissent leurs expertises technologiques et ESG pour accélérer les stratégies climatiques des entreprises.   Sweep, la plateforme tout-en-un conçue pour aider les organisations à agir sur les données carbone et ESG, a signé un partenariat stratégique avec Axionable, leader français du conseil en stratégie climatique s’appuyant sur la technologie. Sweep et Axionable […]

Gwendal BIHAN
11 janvier 2024

[REPLAY] Du techno-solutionnisme à la techno-lucidité : la tech à l’heure des limites planétaires

🎬 Du techno-solutionnisme à la techno-lucidité : la tech à l’heure des limites planétaires 🌍 Vincent Philippine, Associé Sustainability & Climate Change chez Axionable prenait la parole lors du Impact Paris Summit organisé par le HUB Institute  à la Fédération Nationale des Travaux Publics. 💡 Redécouvrez en replay son talk qui questionne la place et le rôle de la technologie dans la #transition et face […]

Vincent PHILIPPINE
19 décembre 2023

Dans les coulisses de nos engagements RSE 2022 !

🌱 Retour sur les engagements RSE d’Axionable en 2022 🌱   Nos engagements RSE se renforcent et se développent un peu plus chaque année ! C’est avec enthousiasme que nous souhaitons vous partager notre mini-série RSE pour l’année 2022 comme nouvelle preuve de la sincérité de notre engagement et de la profondeur de nos ambitions. […]

Charlene Deloison
Paris
13 rue des Arquebusiers
75003 Paris
contact Contact